Et si la mort n’est pas la fin de la vie ?

Comprenez pourquoi : « Le suicide ne résout les angoisses de personne ».

De la rédaction
|
02/10/2014 à 20:00, Jeudi

Les défis sont présents en de nombreux moments de la vie. Parfois ils sont si complexes qu’ils paraissent sans solution. La Religion de Dieu, du Christ et de l’Esprit Saint1 considère que pour pire qu’ils soient, rien n’est perdu, le suicide ne sera jamais une option, il est nécessaire de comprendre la Vie comme un don éternel de Dieu. En fait, qui ne s’est jamais demandé si la mort est réellement la fin ? Et si toi, en arrivant « de l’autre côté », tu découvres que ce n’était pas ton heure de mourir ?

shutterstock

À ceux qui défendent l’élimination de la douleur par l’élimination de la vie, le président prêcheur de la Religion de l’Amour Fraternel, José de Paiva Netto, donne cet avertissement dans son article L’Être Humain a été créé pour la Vie:

« Ils succombent à l’erreur ceux qui recherchent le suicide parce que la parque éblouira leurs yeux qui cherchaient l'ombre avec une plus grande lumière, c'est-à-dire, avec plus de Vie, en leur demandant de régler des comptes sévères d'anciens engagements qu’ils avaient pris. Avant et après la Vie, il y a la Vie et les Lois incorruptibles qui la régissent universellement ».

Les Lois de Dieu, Lois d’Amour, donnent à l’individu le droit d’organiser pour lui-même un agenda d’engagements et de situations par lesquels il passera au cours de sa vie sur la Terre. Cela se donne avant même la naissance de l’esprit. C’est une opportunité donnée par le phénomène de la réincarnation, pour que lors d’une nouvelle existence, il puisse se rédimer d’affaires mal résolues dans le passé, pouvant assumer de nouveaux engagements ou missions pour son progrès personnel. Et, c’est à partir de là que son temps de vie est également déterminé.

Qu’est-ce que la Réincarnation et pourquoi est-elle nécessaire ? Consultez les passages bibliques qui prouvent la Réincarnation.

« Le suicide ne résout les angoisses de personne »

 

Lorsque l’individu réduit sa période de permanence sur la Terre, en se suicidant, il enfreint une des Lois les plus importantes, la Loi de la Vie, provoquant ainsi des conséquences douloureuses pour son propre esprit, vu qu’il continuera de vivre. D’où cette affirmation du regretté fondateur de la Religion du Troisième Millénaire, Alziro Zarur (1914-1979) : « Le suicide ne résout les angoisses de personne ».

Prenons l’exemple d’une personne qui était destinée à vivre jusqu’à l’âge de 80 ans, mais qui se suicide à l’âge de 50 ans. Il devra rendre compte des 30 ans qu’il n’a pas accompli dans cette existence. Pendant cette période, il se sentira comme s’il était encore vivant, souffrant également les dommages causés à son corps par l’acte de la mort. Vu que le processus salutaire pour l’esprit est le déliement naturel du corps, lorsque l’être sent que son heure est venue, et, donc, qu’il est préparé à ne plus sentir le poids et les nécessités physiques de la matière, comme la faim ou la soif par exemple.

Pendant ce période d’acquitter la dette, le suicidé se retrouve, en outre, prisonnier de la propre souffrance parce qu’il a voulu échapper de la douleur sans l’avoir résolue, la trainant avec lui pendant très longtemps, jusqu’à ce qu’il atteigne la compréhension de la nouvelle réalité dans laquelle il se trouve inséré, la réalité spirituelle, rééquilibrant ainsi ses forces et ses énergies.

Comment surmonter la mort d’un être cher ?
Comment surmonter la tristesse et la dépression ?

Dans la psychographie du médium brésilien, Yvonne do Amaral Pereira, Memórias de um Suicida [Mémoires d’un Suicidé], il est possible de trouver des registres angoissants soufferts de « l’autre côté de la vie » par des esprits suicides. La narration est de l’esprit Camilo Cândido Botelho (pseudonyme), qui en devenant aveugle, à la fin du 19ème siècle, après avoir subi de nombreux conflits conjugaux et familiaux, et la décadence financière, s’est suicidé à l’âge de 65 ans, croyant que la « mort serait la fin » de ses souffrances. En se retrouvant plus vivant qu’avant, il s’est retrouvé seul avec lui-même, voyant ses drames douloureusement multipliés pendant plus de 50 ans jamais ressentis par lui sur la Terre.

   

+ L’ouvrage Memórias de um suicida [Mémoires d’un suicidé], par l’Esprit Camilo Cândido Botelho (pseudonyme), psychographie du médium Yvonne do Amaral Pereira, a été transformé en feuilleton radiophonique à l’initiative de Paiva Netto. Il a été distribué sur 41 chapitres avec 92 personnages marquants avec l’interprétation des meilleurs artistes en doublage du Brésil. 

Lisez la narrative du propre Camilo, lors des premières heures après le suicide :

« Le langage humain n’a pas encore eu besoin d’inventer des vocables assez justes et compréhensibles pour définir les impressions absolument inconcevables, qui passent à orienter le “moi” d’un suicidé dès les premières heures qui se suivent au désastre (…). Cependant, il s’effraie, il devient couard, il ressent la profondeur épouvantable de l’erreur qu’il a commis, il se déprime dans la certitude devastatrice d’avoir dépassé les limites des actions qui lui étaient permis de pratiquer, il s’affole en voyant qu’il a trop avancé, bien au-delà de la démarcation tracée par la Raison ! », citation de l’écrivain Paiva Netto, dans son livre Sagradas Diretrizes Espirituais da Religião de Deus, do Cristo e do Espírito Santo [Directives Spirituelles Sacrées de la Religion de Dieu, du Christ et de l’Esprit Saint], vol. III, p. 157 et 158.

Cette triste scène découle malheureusement du choix de chaque individu, lorsqu’il préfère la mort par méconnaissance de la Vie qui existe au-delà de la tombe. Il est nécessaire que nous nous réveillions à cette réalité et que nous aidions également ceux qui se trouvent auprès de nous. L’esprit de Camilo, malgré son acte criminel, au moment approprié a également reçu la Protection Divine. Et celle-ci, à son tour, se manifeste dans tous les domaines du savoir humain, permettant que chacun, religieux ou non, trouve forces et sagesse pour la résolution de ses défis.

Il est nécessaire que nous aimions la Vie par-dessus toutes les grandes ou petites souffrances que nous devons supporter, ainsi que le défend l’article L’Être Humain a été créé pour la Vie :

« L’être humain doit être fier d’exister et se battre inlassablement pour la Vie. Se vaincre soi-même de façon à conquérir, pour toujours, sa dignité spirituelle, « trésors dans le ciel, où ni la teigne ni la rouille ne détruisent, et où les voleurs ne percent ni ne dérobent » (Évangile de Jésus selon Matthieu 6, 19 et 20).

"Le vainqueur est celui qui se vainc lui-même", préconisait André Luiz (Esprit). Dieu, qui est la Vie, pour la Vie l’a créé. Napoléon Bonaparte (1769-1821) disait que la plus forte des figures de rhétorique est la répétition.

Il est bon de réitérer cet avertissement de Jésus : "Dieu n’est pas le Dieu des morts, mais des vivants. Ne le croyant pas, vous êtes grandement dans l’erreur." (Bonne Nouvelle du Christ selon Marc 12, 27).

Voilà pourquoi, lorsque la mort l’atteint, il n’en hérite pas l’oubli ou l’oisiveté pérennes, mais de plus en plus de Vie... Dieu ne nous a créés pour nous tuer ». 

La Prière

Et même face aux défis nous pouvons toujours nous souvenir des bons amis et familiers que nous avons. De même que Jésus, qui nous a enseigné à parler avec Dieu, reconnaissant les douleurs venues au sein de l’Âme. La prière est une des plus puissantes formes de trouver en soi-même la partie Divine que nous possédons, c’est un dialogue sincère, sans formule exacte, entre le Fils et son Père. C’est pourquoi, avec justesse, Jésus a déclaré :

« Tout ce que vous demanderez en prière, croyez que vous l’avez déjà reçu, et cela vos sera accordé par Dieu, car la Foi transporte les montagnes. Tout est possible à celui qui croit ». (Évangile du Christ selon Marc, 11 : 24 et 9 : 23 ; et Matthieu 17 : 20).

Et que notre prière s’étende également en faveur des Âmes de ceux qui ont abandonné cette existence de façon si tragique. Le pouvoir de la Prière contribuera à leur récupération et renforcera l’Amour et le Pardon des parents et amis qui poursuivent leur trajectoire sur la Terre.

Vous êtes également le bienvenu pour participer, nous envoyant vos doutes et vos suggestions. Si ce contenu vous fait du bien, partagez-le ! Il pourra également toucher le cœur de beaucoup d’autres personnes.

Vous êtes également le bienvenu pour participer, nous envoyant vos doutes et vos suggestions. Si ce contenu vous fait du bien, partagez-le ! Il pourra également toucher le cœur de beaucoup d’autres personnes.

_____________________
1 Religion de Dieu, du Christ et de l’Esprit Saint — également dénommée Religion du Troisième Millénaire et Religion de l’Amour Universel. Il s’agit de la Religion Œcuménique du Brésil et du monde.

Donner votre avis